Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 33 invités en ligne
Que pourrait-on s'attendre des militaires au comportement imprévisible en guinee ? Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Après la publication du rapport d'enquête des Nations unies sur le massacre du 28 septembre va-t-elle donner le coup de grâce à un pouvoir déjà ébranlé par la tentative d'assassinat, le 3 décembre, contre le capitaine Camara ? Et évitera-t-on de nouvelles violences de la part des personnes mises en cause dans le document et qui n'ont plus grand-chose à perdre ?

Trois des principaux responsables cités par les enquêteurs semblent – au moins temporairement – hors jeu. Moussa Dadis Camara victime, le 3 décembre, d'une tentative d'assassinat est hospitalisé au Maroc. Touché par balle à la tête, son état de santé est tenu secret, mais un noyau dur de fidèles, surnommés les "Dadis ou la mort", quoiqu'affaibli, continue d'occuper des postes importants. Ils ont un pouvoir de nuisance alors que l'intérim présidentiel est assuré par le ministre de la défense, Sekouba Konaté, un militaire respecté mais qui ne contrôle pas tous les éléments d'une armée indisciplinée.

L'aide de camp de Dadis, Aboubacar Sidiki Chérif Diakité dit "Toumba", auteur du coup de feu, est en fuite. Le ministre en charge de la lutte contre la criminalité, le gendarme Moussa Thiegboro Camara, est lui aussi soigné au Maroc, blessé par une grenade, le 3 décembre, dans des circonstances troubles.


La grande inconnue demeure la réaction du quatrième homme, le capitaine Claude Pivi, dit "Coplan". Ministre de la sécurité, cet homme violent dirige les Bérets rouges de la garde présidentielle, responsable du massacre du 28 septembre. Il contrôlerait le camp Alpha Yaya Diallo, la principale caserne de Conakry.

Potentiellement sous le coup de poursuites judiciaires pour son implication dans la répression des grèves et des manifestations de 2007, Pivi risque maintenant de se retrouver devant la justice internationale. Une perspective qui fait craindre de sa part une fuite en avant tragique.

Christophe Châtelot
Article paru dans l'édition du 22.12.09

© Copyright Le Monde

Mise à jour le Mardi, 22 Décembre 2009 19:57
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée