Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 21 invités en ligne
Guinée: Elie Kamano quitte le FNDC et l’opposition Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Entre l’ancien reggaeman Elie Kamano, le FNDC et l’opposition, le divorce est consommé. Le dirigeant du Parti guinéen pour la solidarité et le développement (PGSD) accusé les opposants à la nouvelle constitution d’avoir ‘’sciemment abandonné les enfants d’autrui mourir dans la rue sans être à côté’’.

 

Elie Kamano les accuse d’avoir ‘’déclenché, sans remords, une guerre à laquelle vous ne prenez point part. Je vous accuse d’avoir chaque fois attendu qu’il y ait des morts, avant de passer à la table de discussions’’.

Il dit avoir cru en un combat noble, sincère et de tout égo surdimensionné afin de conduire notre pays vers une libération totale en préservant les valeurs cardinales de la démocratie guinéenne.

‘’Je ne cherche ni à sacrifier des vies, ni à désavouer le leadership de mes petiots frères ou de mes ainés. Je ne cherche non plus à me la péter ou me la couler douce dans une bourgeoisie révolution ou dans une opposition bourgeoise’’, a-t-il dit dans une vidéo publiée dimanche, assurant qu’il s’est toujours battu pour le peuple.

A l’opposition et au FNDC, il enseigne : ‘’On ne peut pas vouloir du miel et avoir peur d’affronter les abeilles. On ne peut pas chasser le lionceau et avoir peur du lion. Je me sens trahi et le peuple, dans son silence, et sa résignation, se sent aussi trahi par des leaders qui ont, certes, beaucoup d’expériences politiques, mais peu de volonté patriotique pour affronter les gaz lacrymogènes et les balles qui effleurent les enfants d’autrui’’.

Depuis la nuit du 22 mars, a-t-il révélé, ‘’mon sommeil est perturbé, parce que je culpabilise. J’ai l’impression d’avoir été exploité dans mon innocence et mon attachement aux valeurs que je défends depuis des lustres. Ni les stratégies cousues et conçues à mon insu, ni le fait de me refuser délibérément et publiquement la parole pendant que la foule scandait mon nom lors de la manifestation du 10 décembre sur l’esplanade du stade du 28 septembre, ni ma non-implication dans toute gestion des ressources du FNDC, ne m’ont amené à quitter le navire. Parce que je croyais en la profonde sincérité de la lutte et au sacrifice que chacun devait faire pour aboutir à un résultat satisfaisant pour notre peuple’’.

Rappelant qu’il est à la tête d’un parti politique, Elie Kamano qu’il a, ‘’par conviction, solidarité et fidélité à notre combat, refusé d’aller à ces élections législatives en demandant à nos militants de s’abstenir et de rester chez eux. Par solidarité et fidélité à ce combat, j’ai passé  45 jours à la maison centrale et 15 jours dans les prisons de Guéckédou et Nzérékoré’’.

Toutefois, a-t-il tenu à faire savoir, ‘’j’étais loin d’imaginer que le 22 mars, nos leaders se seraient livrés à envoyer sur les différentes plateformes de l’opposition et du FNDC des images de personnes lâchement tuées pour la défense de notre constitution, pendant qu’ils étaient tous cloués derrière leurs téléphones’’.

Au fil du temps, Elie dit avoir fini par réaliser que ‘’nous sommes dans un cercle vicieux qui vise à sacrifier nos concitoyens, comme à Nzérékoré. Le 22 mars est pour moi, l’occasion ou jamais de gagner le combat s’ils avaient accepté de prendre en compte mes propositions’’.

C’est pourquoi, a-t-il décidé, ‘’je ne participerai plus à une révolution qui conscient à envoyer le peuple à la boucherie pendant que les leaders se cachent derrière leur confort. Je démissionne du FNDC et de la plateforme de l’opposition’’.

Il annonce qu’il compte continuer son combat dans le but d’aider le peuple de Guinée à connaitre la vérité.

Mise à jour le Dimanche, 29 Mars 2020 18:14
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée