Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 54 invités en ligne
Guinée : affrontements entre forces de l’ordre et manifestants lors d’une marche interdite Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Résultat de recherche d'images pour "cellou dalein"Plusieurs centaines de manifestants et des forces de l'ordre se sont affrontés le 23 octobre à Conakry, au début d'une manifestation de l'opposition guinéenne interdite par les autorités.

De nouveaux affrontements ont éclaté à Conakry, le 23 octobre, entre forces de l’ordre et manifestants, dès le début d’une marche de l’opposition guinéenne interdite par les autorités.

 

Après avoir tenté de couper la circulation dans le quartier de Cosa, les manifestants ont lancé des pierres sur les policiers, qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes, a indiqué un témoin à l’AFP. Les dirigeants de l’opposition avaient appelé à manifester pour protester contre la violation, selon eux, par le pouvoir d’un accord conclu en août sur l’installation des élus locaux après le scrutin contesté du 4 février lors des élections communales. En fin de matinée, ces dirigeants n’étaient pas encore arrivés au point de rassemblement, toujours selon ce même témoin.

Cellou Dalein Diallo dénonce une « tentative d’assassinat »

L’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition et principal opposant au président Alpha Condé, a dénoncé de son côté une « tentative d’assassinat » après que son véhicule a été traversé par une balle alors qu’il se rendait à la manifestation. « Les gendarmes ont visé et ils ont tiré. Mon chauffeur est blessé au visage par des éclats de verre », a-t-il déclaré à l’AFP.

« La balle est passée juste entre mon chauffeur et moi », a-t-il poursuivi, en montrant du doigt les impacts d’une balle ayant traversé les vitres avant et arrière du véhicule.

Le porte-parole de la police et le ministre de l’Administration territoriale, Bouréma Condé, n’ont pas répondu aux sollicitations de l’AFP. « On a voulu m’assassiner », a assuré le chef de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), en mettant en cause le chef de l’État. « La fois dernière, je vous avais dit qu’il (Alpha Condé) a ordonné de m’assassiner. Voilà la preuve la plus éloquente, regardez le pare-brise », a-t-il poursuivi.

Mise à jour le Vendredi, 26 Octobre 2018 17:06
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée