Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 22 invités en ligne
Guinée/Duel sanglant entre Alpha Condé et son peuple ?(par Saïdou Nour Bokoum) Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Résultat de recherche d'images pour "alpha condé"L’autoroute qui s’ouvre pour le troisième mandat d’Alpha Condé s’arrête au kilomètre 154 (Constitution guinéenne)

 

Article 27.

Le président de la République est élu au suffrage universel direct.
La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois.
En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels, consécutifs ou non.

Article 153.
Aucune procédure de révision ne peut être entreprise en cas d’occupation d’une partie ou de la totalité du territoire national, en cas d’état d’urgence ou d’état de siège.

Article 154.
La forme républicaine de l’État, le principe de la laïcité, le principe de l’unicité de l’État, le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du président de la République  ne peuvent faire l’objet d’une révision.

Il n’existe donc aucune voie LEGALE pour modifier la constitution, mais Alpha Condé peut obtenir ce troisième mandat et même cent et quelques si Dieu – Exalté ! – lui donne l’âge de Moïse ou de Noé.

Voie royale et LEGITME pour un troisième mandat

1° Dans le strict respect des formalités pour la modification de la constitution, Alpha Condé introduit un projet de loi pour réviser la constitution. Pour cela, et Pour quelques dollars de plus, il achète une poignée d’honorables ripoux, soit une petite dizaine de parlementaires nécessaires pour que le groupe de Amadou Damaro s’élargisse à la majorité des 2/3. Ainsi modifiée la constitution, dans les termes adéquats pour l’ouverture d’un 3ème mandat, ce projet sera soumis au peuple de Guinée de façon simplifiée, un référendum, un second « Oui ou Non » historique, 60 ans après celui du général de Gaulle

Voulez-vous oui ou Non ..

2° La majorité, comme un raz de marée vote Oui. Comme si par fétichisme, le peuple martyr de Guinée voulait se racheter et en finir avec ces 60 maudits Soleils des Indépendances.

3° Ce verdict populaire est soumis à la Cour constitutionnel de Mohammed Lamine Bangoura qui validera le hold-up des 7 mercenaires, cavaliers de l’Apocalypse qui ont.. Guillotiné, non pas pour parjure, ou flagrant délit, mais pour « opacité de gestion » ou autres peccadilles ad hominem non écrites dans la constitution, ni dans aucune loi organique pertinente. En revanche, le décret présidentiel qui vient de valider son « élection » par les 7 mercenaires n’aurait d’autre but que la consécration de cette forfaiture.

4° La nouvelle élection présidentielle de 2020 ne sera qu’une formalité. Un boulevard, une voie royale, oui mais, oui mais.. En effet, depuis l’avènement des petits comptables et des nains politiques, il n’y a qu’une majorité en Guinée, elle a couleur arc-en-ciel et a comme sigle RPDG.

Ces formalités peuvent se répéter autant de fois qu’Alpha Condé sera debout et que l’autre peuple des petits comptables et des nains politiques sera couché.

Qu’importent les petits et grands pogroms, en vrac :

Zakaria,

Womey,

Zowota,

Les « Empoisonnés » du palais du « peuple » de Jean-Marie Doré,

Kankan Siguiri Kouroussa, etc..

Les 95 trucidés des manifestations de « l’opposition » frappée de nanisme politique,

Ibrahima Bah, Tidiane Bah (décidément les yèttè Bah n’ont rien à attendre des yèttè Diallo..).

J’ai dit en vrac, mais je n’oublie pas les drames pré-insurrectionnels de Kalinko (Dinguiraye), Kindia où les flammes semblent se cacher sous la cendre chaude depuis quelques heures seulement ; mais je laisse la suite aux bons journalistes.

Il n’y a pas de petites querelles, dit un adage africain rapporté par Hampâtè Bâ

La comédie de boulevard du Port, vendu à un Grec dont le nom ressemble étrangement à celui du Chinois de Don Casse qui serait en vérité un Coréen : une véritable guerre des Galaxy où des androïds cacheraient un contrat que seuls les laptots, les dockers et les crevards de grévistes auraient vu. Celui du gouvernement et de Boubacar Sylla, ministre des transports, donc le faux vrai contrat is gone with the wind, pfuiiit, dans une nébuleuse de la 4ème dimension !!!

Les gazouillis de Boubacar Soumah et ses bouffeurs de craie qui n’ont pas honte de demander de quoi assurer deux repas à leur nombreuse maisonnée de chauds lapins qui se prennent pour des Chinois, alors que la grande majorité des Guinéens sont diabétiques et ou abonnés aux AVC à force de mayonnaise, de margarine, de pripra (n’importe quoi, littéralement), de tappa lappa.. On s’en tape ! D’ailleurs comment voulez-vous qu’ils aillent au charbon quand le litron coûte 10000 fofanas guinéens (fg) !

Last but not least ou enfin, le détail de Kalèfa Sall, la pierre de voûte, ce qui fait tenir l’ordre constitutionnel, le vouloir vivre en commun, donc ce qui fait tenir l’invisible architecture d’une nation, nos valeurs culturelles et civilisationnelles les mieux partagées, eh bien, un vulgaire décret est venu, telle une grenade à fragmentation, pulvériser et brûler toute la paperasserie accumulée au fil des décennies, jusque loin en profondeur, les valeurs fondamentales de la terre de NOS ANCETRES. Ce qui se passe en ce moment à Kindia en est un exemple aveuglant. Abdoulaye Bah, natif de la Cité des agrumes n’est plus un enfant du terroir : or gui dit agrumes dit pluralité d’essences au sens floral et culturel du terme. Kindia ou Mamou ne sont pas seulement des concentrés de fruits, mais des concentrés du GUINEEN.

C’est clair ?

Alpha Condé a-t-il choisi le duel avec son peuple ?

Attention, La première balle tue, celle du peuple ou celle d’Alpha Condé.

Was-Salam,

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

NB : l’urgence m’a pressé d’être bref. Cependant, si d’aventure les nains du président Alpha Condé le demeuraient dans son odyssée sur « l’autoroute infinie » qui devrait finir au km 154, même s’ils étaient rejoints par des trisomiques, des dormants, etc., le peuple d’Alpha devra appeler des Etats généraux ou une conférence nationale, (rien à voir avec une commission de prélats ou d’imams), leur version tropicalisée comme celles du Bénin, du Mali, etc. au seuil des années 90, CN qui mettrait en place une Constituante qui rédigerait la nouvelle constitution pour la nouvelle république condéenne, après une révolution arc-en-ciel. Eskey !

Mise à jour le Mardi, 23 Octobre 2018 14:36
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée