Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 15 invités en ligne
Guinée: un gendarme tué dans une manifestation Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Un gendarme a été tué au cours de heurts lundi entre manifestants et forces de l'ordre dans la banlieue de Conakry, où se combinaient des protestations liées aux résultats des élections locales du 4 février et la poursuite d'une grève des enseignants.

 

"Un gendarme est mort dans des troubles au niveau de Koloma (banlieue de Conakry), il a reçu un projectile à la tête", a déclaré le porte-parole de la gendarmerie, le colonel Mamadou Alpha Barry.

"Les circonstances de sa mort restent floues. La victime était en mission de maintien de l'ordre dans la zone, où des manifestations ont éclaté tôt le matin pour protester contre les résultats des élections communales, selon certains, pour exiger la reprise des cours dans les écoles, selon d'autres".

Des millions de jeunes en âge de scolarité ont à nouveau manifesté lundi dans la capitale guinéenne pour dénoncer "l'indifférence du gouvernement et exiger le retour de leurs enseignants dans les salles de classes", a rapporté un correspondant de l'AFP.

Après avoir arrêté le travail pendant plusieurs semaines à la fin de l'an dernier puis observé une trêve, les enseignants sont repartis en grève le 12 février à l'appel d'une faction du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (Slecg).

Les grévistes "exigent" une "augmentation des salaires, de meilleures conditions de vie et de travail".

Le gouvernement, qui a appelé la semaine dernière les enseignants au "réalisme" dans leurs revendications, a durci le ton dimanche en menaçant de ne pas payer les salaires des enseignants qui ne reprendraient pas le chemin de l'école lundi matin et en avertissant les participants à cette grève "illégale" qu'ils risquaient des "sanctions disciplinaires", selon un communiqué lu sur les médias d'Etat.

Deux jeunes ont été tués la semaine dernière dans des affrontements probablement liés à la grève des enseignants, tandis que les violences post-électorales ont fait au moins sept morts depuis le scrutin local du 4 février, dont les résultats se font toujours attendre.

Mise à jour le Mercredi, 21 Février 2018 08:06
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée