Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 32 invités en ligne
Hydraulique : la Guinée souhaite exploiter pleinement son potentiel Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’entrée en production du barrage de Souapiti, fin 2019, en Guinée permettra-t-elle de couvrir les besoins du pays et d’alimenter en électricité les États riverains du fleuve Gambie ?

 

De loin, on peut déjà apercevoir l’activité intense rythmant le gigantesque chantier. Des camions-bennes déversent leurs chargements dans les centrales à béton. Des travailleurs guinéens et chinois s’affairent autour des pièces d’une gigantesque grue jaune en montage. Exécuté pour un montant de 1,4 milliard de dollars (1,2 million d’euros) par China International Water and Electric Corporation (CWE) – également maître d’œuvre du barrage de Kaléta (240 MW) –, l’ouvrage hydroélectrique de Souapiti (550 MW), qui sortira des eaux du fleuve Konkouré, à 135 km au nord de Conakry, sera mis en service entre la fin de 2019 et le début de 2020 (ses travaux ont débuté en 2015).

Il est censé alimenter essentiellement les très énergivores mines de bauxite, dont le pays est l’un des principaux réservoirs mondiaux, et son exploitation démarrera en deux temps. « Avant la mise en marche des groupes électrogènes de Souapiti en 2020, cela permettra d’améliorer la desserte en électricité durant l’étiage 2019-2020 [période où le débit du fleuve est au plus bas]. Et ce grâce aux groupes de Kaléta, qui fonctionneront pendant cette période à plein régime, avec l’eau qui sera partiellement stockée derrière le barrage de Souapiti, en construction », explique Diallo Oury Dadhi, chef du département génie civil du projet, réalisé sous la forme d’un partenariat public-privé avec le gouvernement guinéen.
Puissance garantie de 100 MW

Les caractéristiques techniques du barrage de Souapiti, implanté à 6 km en amont de celui de Kaléta, sont impressionnantes : 1 148 m de longueur, 120 m de hauteur, 6 milliards de mètres cubes de retenue d’eau. Elle est la troisième infrastructure de ce type, érigée en cascade sur le Konkouré, après Garafiri (75 MW) et Kaléta.

Complémentaire de celle de Kaléta (opérationnelle depuis septembre 2015), Souapiti devra, à terme, permettre à cette dernière de disposer d’une puissance garantie de 100 MW pendant toute l’année, même en période d’étiage. Comment ? « Les centrales de Kaléta et de Souapiti auront toutes les deux pour seul réservoir celui qui sera créé par le barrage de Souapiti », indique Diallo Oury Dadhi.

Mise à jour le Mercredi, 20 Décembre 2017 12:40
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée