Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 57 invités en ligne
En Guinée, il est urgent de préserver la mangrove Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En Guinée, sept pays de la sous-région du littoral ouest-africain étaient représentés, toute cette semaine, au Forum régional pour la conservation côtière et maritime qui s’est tenu à Conakry.

Des spécialistes ont participé à des séminaires et tables rondes - avec une journée consacrée à la mangrove -, qui ont pris fin vendredi 27 octobre. En Guinée, justement, la mangrove est en danger. De 350 000 hectares dans les années 50, elle ne représenterait plus que 250 000 hectares aujourd'hui, selon le ministère de l'Agriculture.

 

Au carrefour Boussoura, les étals bordent la route. Derrière, les commerçantes vendent le Bora Malé, « riz de boue », en soussou, la langue locale.

« Présentement, je suis en train d'emballer le riz pour un client », explique Mme Touré qui gère ce point de vente depuis 20 ans. « Le riz Bora Malé est un riz bio. On ne met pas d'engrais ni de pesticides », précise-t-elle.

Le riz Bora Malé, c'est aussi moins de déboisement de la mangrove. Son étuvage nécessite cinq fois moins de bois que pour le riz classique, grâce à l'utilisation de la balle de riz comme combustible.

« S’il n’y a plus de mangrove, c’est dû aux grands vents. C’est aussi l’érosion, l’écosystème qui est vraiment affecté et même la fertilité du sol. La culture de ce riz, aujourd’hui réputé comme étant la meilleure qualité de riz local en Guinée, est compromise », déclare, de son côté, Kerfalla Camara, directeur de la Maison guinéenne de l’entrepreneur qui gère le projet.

Mise à jour le Lundi, 30 Octobre 2017 17:33
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée