Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 70 invités en ligne
Guinée:Insalubrité à Conakry : « On a perdu le sens de la dignité », déplore le Cardinal Robert Sarah Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En marge de la dédicace de ses livres, le cardinal Robert Sarah a évoqué la problématique de l'insalubrité dans la ville de Conakry.

Le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline sacrement au sein du Vatican, à Rome, a été interpellé sur la vie de la nation guinéenne par un participant. Est-ce qu'en Guinée, il n'y a pas un échec moral, lui a-t-on demandé ?

 

Le prélat guinéen a répondu que c'est une réalité. Selon lui, lorsque vous partez de l'aéroport pour rejoindre votre résidence, ce qui attriste, ce sont les saletés. « Je ne sais pas, c'est comme si l'on a perdu le sens de la dignité. Quand un étranger vient et qu'il voit notre ville, est-ce qu'on n'a pas honte », se demande-t-il.

« J'ai vu même les gens qui laissent leurs poubelles au milieu de la rue. Mais moi, je n'ai vu dans aucune ville du monde un tel comportement. Alors qu'il n'y a pas longtemps vous avez vécu une tragédie avec l'ébola », explique le religieux. Pourquoi vous pouvez risquer de rependre un autre virus en jetant les saletés partout, s'est-il interrogé. « Comment, c'est pensable que les hommes intelligents portent les saletés et les laissent au milieu de la rue et ceux qui les voient aussi sont indifférents », s'est-il exclamé.

« Nous sommes tous coupables, martèle-t-il, parce que ce n'est pas seulement celui qui met la saleté dans la rue. Mais ceux qui les voient faire et laissent faire. Parce qu'ils empoisonnent chacun. Alors naturellement, cette saleté physique représente les saletés peut-être intérieures : la saleté qui est dans notre corps ».

Il a, par la suite, estimé qu'il y a un grand effort à faire là-dessus. « Parce que sans moralité, sans discipline, sans travail et le travail demande la sueur, il n'y a aucun progrès. Si l'égoïsme accapare notre vie, notre existence eh bien l'égoïsme accentuera notre pauvreté, notre retard. Pas seulement matériel, parce que Dieu nous a tout donné : la pluie, la pluie qui tombe ici ne tombe pas au Sénégal, ni au Mali. Mais regarder le Mali, le Sénégal, ayons honte de la Guinée. Parce que c'est notre œuvre, on croit peut-être qu'on veut punir le gouvernement; on punit je ne sais les responsables. Mais nous nous punissons nous-mêmes en faisant des choses comme ça », a martelé le Cardinal Sarah.

« C'est triste à le dire, mais je vais le dire. Moi je n'ai jamais tergiversé, ni tourné autour du pot. Il faut dire les choses qui ne vont pas. C'est une honte de voir notre ville de Conakry », regrette Robert Sarah.

« Nous avons tout ici, nous avons le diamant, nous avons l'or, nous avons la pluie, nous avons une terre riche. Mais nous ne progressons jamais. Si nous ne faisons pas un effort moral, si nous n'avons pas une discipline, si nous n'avons pas un règlement, si nous ne distinguons pas le mal du bien et que chacun fasse son travail là où il est, on ira nulle part », conseille-t-il.

« Vous savez une société, c'est comme une maison. Quand on construit une maison toutes les briques sont égales. Nous sommes égaux tous, mais lorsqu'on entre dans la concession de la maison. Il y a des briques qui vont entrer en moitié, ou en tiers ou un petit morceau seulement. Mais chaque petit morceau est indispensable à l'équilibre de l'édifice. Si vous enlevez ce petit morceau de l'édifice, vous déséquilibrez la maison. Vous fissurez les murs et tout s'effondre », a-t-il prévenu. «Chaque guinéen qu'il soit le plus bas de la société, qu'il soit ministre à une responsabilité indispensable, incontournable», conclut le religieux.

Richard Tamone

Mise à jour le Mercredi, 20 Septembre 2017 11:28
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée