Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 109 invités en ligne
Question d’abattoir : Sadio Barry répond à Alpha Condé. Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Depuis son investiture à la Présidence, après les élections de fin 2010, Alpha Condé avait soigneusement évité le contact direct avec la presse guinéenne. Pour deux raisons :

 

1- Le leader du RPG qui a passé son adolescence, fait ses études et a vécu 60 ans en France, ne parle pas bien français. Alpha Condé a non seulement du mal à prononcer correctement certains mots français, mais aussi il n’a jamais assimilé les règles élémentaires d’usage et d’accord des genres. Le président avait donc besoin d’apprendre un peu mieux le français avant une telle confrontation des journalistes guinéens.

2- Le président a voulu éviter des questions sur les conditions de son élection (reports inconstitutionnels répétés du second tour pour attendre qu’il finisse de préparer la fraude et tourner l’élection à son avantage par le vol et la mise à son profit des 50 ordinateurs de la Ceni, l’organisation des violences anti-peules pour chasser et empêcher les électeurs peuls de participer au vote etc.)

Apparemment, Alpha Condé n’a pas fait grand progrès ! Il parle toujours un français approximatif et n’arrive pas encore à faire les accords du genre. Tout Conakry parle aujourd'hui de ses fautes innombrables.

Lors de cette conférence de presse du lundi 11 août 2014, au palais Sékhoutouréyah, l’actuel chef de l’Etat a fait la déclaration suivante :

« J’ai été opposant, mais je n’ai jamais envoyé mes militants à l’abattoir. »

En tant que membre fondateur de la branche estudiantine du RPG de Conakry, Sadio Barry s’adresse à Alpha Condé :

« Camarade Alpha,

Tu déclares aujourd’hui publiquement qu’appeler les militants et sympathisants politiques à prendre part à une marche ou à un meeting politique, c'est envoyer ces derniers à l’abattoir !  Cela est étonnant d’un ancien opposant soi-disant « professeur de droit », chef d’un Etat qui se dit démocratique.

La question que j’aimerais te poser est la suivante : si appeler ses militants à un meeting ou à manifester, c’est de les envoyer à l’abattoir, qu’est-ce que tu appelles abattoir et qui sont les bouchers de nos jours en Guinée ?

Alpha, aujourd’hui, comme dans tous les Etats démocratiques, le droit de regroupement, de manifestation et de cortège est prescrit dans l’actuelle Constitution guinéenne (Article 10).

Cela n'est pas un hasard: parmi les auteurs de cette Constitution guinéenne, nous, IBCG (Lire 12), avions nos représentants au CNT, des démocrates éclairés qui ont pris soin de veiller à ce que ces droits ne soient pas soumis à des restrictions ou à une autorisation préalables des gouvernants.

Il fallait prendre des précautions pour protéger les acquis minimaux d’une base d’Etat de droit contre le futur Président qui pourrait tenter de réinstaurer une dictature en Guinée. C’est notamment le cas des articles 27 et 154 de la Constitution qui fixent la durée et le nombre des mandats du Président avec l’impossibilité de les modifier. En effet, nous n’avions aucune confiance ni en vous ni en vos concurrents issus des régimes passés.

Par contre Alpha,

- le jour de ta rentrée au pays le 17 mai 1991, j’étais le chargé de l’information et de la mobilisation de la cellule RPG de l’Université de Conakry. C’est moi qui ai fait distribuer, sur tes instructions, tes posters et tes tracts dans les établissements universitaires, dans les lycées et dans les quartiers de la capitale pour mobiliser massivement la jeunesse afin de venir t’accueillir ce jour à l’aéroport de Conakry. A l’époque, cela était illégal et les partis politiques n’étaient pas encore autorisés. Sur tes instructions, nous avons mobilisé la jeunesse et la population pour t’accueillir et organiser des cortèges et manifestations non autorisées en t’accompagnant jusqu’à ta résidence derrière le marché Madina. Si Lansana Conté était comme toi, j'aurais pu connaître ce jour le sort qu'à connu Djakariou Diallo en avril 2011. Mais il n’y a pas eu de morts parce que le dictateur général Lansana Conté qui n’était pas un Boucher n’a pas voulu que Conakry soit un abattoir des enfants Guinéens.

- lors de la révolte et marche des étudiants à Conakry en 1991, un commando de jeunes RPGistes a attaqué la résidence du ministre de l’intérieur de l’époque, Alseny Réné Gomez, sur ton instruction. Le domicile du Ministre a été saccagé et complètement pillé. La chambre personnelle du Ministre a été fouillée à la recherche des documents que tu voulais avoir. Un nombre important de documents et son passeport diplomatique ont été volés à ta demande et t’ont été remis par S. Kourouma. Il n’y a pas eu de massacre ce jour malgré tout, parce que le dictateur général Lansana Conté qui n’était pas un Boucher n’a pas voulu que Conakry soit un abattoir des Guinéens.

- le jour où tu nous as fait mobiliser des élèves, étudiants et une partie de la population de Conakry pour un meeting du RPG au stade de Coléah, malgré son caractère illégal (le parti n’était pas légal encore) et son interdiction officielle en vertu de la Constitution d’alors, il n’y a pas eu des morts parce que le dictateur général Lansana Conté qui n’était pas un Boucher n’a pas voulu que Conakry soit un abattoir des Guinéens.

Te rappelles-tu ? Il s’agit du jour où tu grimpas le mur en laissant ta chaussure et tes militants derrière toi face aux anti-gangs. Il y avait bien des forces de l’ordre, mais il n’y a pas eu d’abattoir, parce que le dictateur général Lansana Conté n’était pas un Boucher (*).

- lorsque sur tes instructions, les militants et sympathisants du RPG saccagèrent les bâtiments administratifs et brûlèrent mêmes les archives de la ville de Siguiri, les forces de défense et de sécurité étaient là, mais cette ville n’a pas été transformée en abattoir, parce que le dictateur général Lansana Conté qui n’était pas un Boucher n'a pas voulu faire massacrer des civils guinéens .

Alpha, quand j’ai démissionné, en fin 1991, de ton parti RPG qui n’était pas encore légalisé, j’étais persuadé que ce sont tes collaborateurs et le bureau national qui étaient mauvais, menteurs et ethnocentriques, pas toi-même. Quand tu m’as demandé de rester en retirant ma démission, j’avais argumenté mon refus de revenir au RPG en te disant que je crois en toi et en ton combat pour la démocratie en Guinée, mais que ton parti est pris en otage par des racistes malinkés qui en feront une machine de la mort et de la division en Guinée si jamais tu devenais Président.

Depuis 2010 les Guinéens ont découvert ta vraie nature et ont compris que c’est toi au fait le grand Boucher de la Guinée. Tu es seulement doué dans l’art de mentir et de tromper. Ce qui ne marchera plus !

(*) : En 1993, le journaliste du Lynx, Alhassane Diomandé, en passage en Allemagne, nous expliquera une petite histoire liée à cette chaussure:

Le lendemain du meeting avorté de Coléah, un jeune se présenta au siège du Lynx avec un pieds de chaussure qu'il proposa de leur vendre. Etonné, le personnel lui posa la question :

"Comment pouvez venir à l'idée que nous allons acheter un pieds unique de vieilles chaussures ?"

Le jeune répondit: "Alpha Condé kha Sankiri naara. A to tugan Coléah mur ma, a dji Sankiri nan luuna".

Traduction:

"C'est la chaussure d'Alpha Condé. C'est elle qu'il laissa derrière lui en grimpant le mur de Coléah."

SADIO BARRY,
Ton ancien compagnon de lutte.

Mise à jour le Dimanche, 17 Août 2014 17:26
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée