Bannière
© GUINEE 365, La Référence de l'Actualité Guinéenne...
Bannière
Nous avons 99 invités en ligne
Guinée: Ma réponse à la question du débat de RFI Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Personnellement, je pense que RFI pose mal la question. Le problème n'est pas le caractère unilatéral de la date du 30 juin.

Ce qui pose problème, c'est que cette date confirme, sans le dire, le choix du couple de Way Mark/Sabari. L'un et l'autre sont des partisans avérés du RPG. C’est comme si on disait que le match entre Copé et Fillon est arbitré par une société créée par un des protagonistes.

Comment sortir de cette crise? Cette question mérite une thèse. Car l'élection législative est une confirmation de celle présidentielle pour le pouvoir, un moyen de contestation de celle-ci pour l'opposition. Elle est surtout un moyen pour le pouvoir de gouverner (voter des lois, signer les conventions minières, etc.) en toute tranquillité. Elle est surtout la première phase de l'élection présidentielle de 2015. Car d'après plusieurs indiscrétions, le président Alpha rêve d'un second mandat "chaque fois qu'il se rase".

Une élection législative sans le couple Way Mark/Sabari est la solution. Sauf que le régime ne l'entend pas de cette oreille. Car la configuration ethnique, donc électorale et des acteurs en présence n'est pas favorable au pouvoir. Une élection sans Way Mark/Sabari serait suicidaire pour le régime. Et puis, le régime considère qu'il a longtemps été triché sous Lansana CONTE, que l'ivoirien Ouattara, Eyadema, Bongo et tous les autres présidents ont "volé" les dernières élections. Il se demande pourquoi on lui refuse à lui ce que l'on a accepté à tous les présidents francophones d’Afrique. En fait, le président Alpha souhaite que son opposition, qui était avec CONTE, accepte de subir ce qu'il a subi, la fraude.

Il ne reste que deux choses: soit l'opposition accepte le fait accompli et participe à l'élection sans avoir des chances raisonnables de récolter ses voix, soit l'opposition est suffisamment forte pour faire organiser l’élection par un organisme indépendant, par exemple les Nations-Unies.

Dans tous les cas, il ne faut pas se voiler : la Guinée entre dans une phase d’affrontements pour déterminer comment on ira aux élections. La survie de l’opposition ou du pouvoir est en jeu. Au terme de ces affrontements, il n’y aura qu’un seul vainqueur pour les 7 prochaines années.


Ly SAVANE

 

Mise à jour le Mardi, 23 Avril 2013 11:47
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Commentaire:
Bannière
 

Flash international

Paysage de la Guinée